La communication d’entreprise dans les Côtes d’Armor en 2020

06 64 25 37 43

Un projet de site internet ?
Besoin de supports de communication ?

En 2020, le département des Côtes d’Armor compte près de 84000 entreprises toutes activités et tous statuts confondus. Chacune d’entre elles s’efforce de communiquer pour se faire connaître du grand public ou pour entretenir une relation privilégiée avec ses clients et collaborateurs. 

Et dans cette pléthore de sociétés se nichent diverses techniques de communication, diverses astuces pour attirer les prospects et les fidéliser. 

Ces dernières semaines, j’ai contacté plusieurs dirigeants et dirigeantes d’entreprises, des créateurs, des fondatrices, des directeurs et des gérantes. Grâce à leurs précieux témoignages, j’ai pu écrire cet article sur la communication des entreprises des Côtes d’Armor et je les en remercie.

Cette première partie pose les bases de la communication avant la Covid, c’est-à-dire dans une période où chacun cherchait sa place sans grande inquiétude.

La deuxième se concentre sur l’impact de la crise sanitaire de 2020 sur la communication des entreprises.

Enfin, la troisième partie apporte des solutions pour survivre à cette crise et pointe du doigt les évolutions nécessaires qui ont déjà été mises en place par certaines entreprises costarmoricaines. 

1/3 – La communication d’entreprise de l’avant Covid

Nous sommes le 01 janvier 2020 et chacun s’apprête à répondre aux enjeux posés pour cette nouvelle année. 

Pour de nombreuses entreprises, la présence en ligne est devenue une obligation. Hugues Le Ray, fondateur de Alrytech, propose des solutions de sécurité aux sociétés et bâtiments culturels en leur fournissant des portiques sur-mesure et des antivols. Grâce à une équipe SEO qui gère son référencement, il est parvenu à se hisser en première page de Google sur les mots-clés que son équipe a sélectionné. Et son site lui rapporte ses clients.

Un site internet est une vitrine indispensable et toutes les entreprises que j’ai interrogées l’ont compris. Car elles n’imaginent pas leur communication sans cette présence en ligne.

Il n’y a rien d’étonnant à cela. En effet, j’ai pris contact avec ces sociétés via Linkedin. Un profil renseigné sur ce réseau social de professionnels témoigne d’une volonté de diffuser une image saine de son activité. 

Les réseaux sociaux professionnels

C’est d’ailleurs le deuxième vecteur que je souhaite évoquer ici. De nombreux dirigeants possèdent un compte Linkedin à jour avec des informations de profil parfaitement renseignées. Ce réseau professionnel est d’une efficacité redoutable et je l’utilise personnellement au quotidien.

En matière de réseau, Facebook n’est pas en reste et les sociétés le préfèrent à sa filiale Instagram qui peine à se faire une place auprès des générations quadra et quinqua, âge prédominant des chefs d’entreprise. Mais il semble logique que l’application visuelle s’installera dans la communication numérique des entreprises dans les années à venir. Et il est donc préférable de se familiariser au préalable avec son interface. 

La communication d'entreprise dans les Côtes d'Armor

Lors des interviews que j’ai réalisées ou dans la vie de tous les jours, j’ai échangé avec plusieurs personnes qui ne voyaient pas l’intérêt d’Instagram ou expliquait n’avoir ni le temps ni l’envie de s’y intéresser. On ne peut pas être partout à la fois. Toutefois, il ne faut pas oublier que si votre cible est actuellement sur Facebook, celle de demain est sur Instagram. N’attendez donc pas ! 

Aussi, un vecteur de diffusion qui semble avoir été laissé de côté pour l’instant est celui de Youtube. Dans les Côtes d’Armor, la vidéo ne parvient par à prouver son efficacité. Certes, la création d’une vidéo d’entreprise a un coup financier non négligeable, mais l’impact est phénoménal lorsque sait comment la diffuser via ses réseaux.

La publicité en ligne, une nouvelle tendance

Sinon, une tendance s’installe chez les chefs d’entreprises costarmoricaines et va certainement se développer dans les années à venir : la publicité en ligne. Dans cette situation, la plupart des sociétés font appel à des agences de communication ou à des freelances pour gérer leur campagne de pub.

La diffusion d’annonces sponsorisées sur Google Ads ou Facebook a aussi prouvé son efficacité. Mais encore faut-il savoir utiliser correctement l’outil !  Il existe une multitude de paramètres pour personnaliser son annonce en fonction du lieu géographique et des cibles. C’est sur ce dernier point qu’il est possible d’apporter le maximum de précisions. Les spécialistes conseillent d’ailleurs de ne pas trop cibler au risque de perdre de futurs prospects. Si vous devez le faire vous-même, je vous conseille de lire des articles sur le sujet avant de vous lancer. Une publicité mal préparée pourrait n’avoir aucun impact. 

Quoi qu’il en soit, ces campagnes publicitaires, bien utilisées, rapportent souvent plus d’argent qu’elles n’en coutent. 

Les vieilles méthodes fonctionnent encore

Si l’ère du numérique a su s’imposer dans la communication des entreprises, le papier n’est pas en reste. Bien évidemment, la carte de visite est un indispensable. Mais la plupart des entreprises contactées diffusent également des flyers. C’est le cas de Guillaume Hurtaud qui possède l’entreprise « Nouvelle Mytilus ». Il propose via sa cabane de dégustation la vente directe de moules dans le secteur d’Hillion et a fait appel à une agence de com qui emploie des infographistes pour la création d’un logo et de flyers. Travaillant essentiellement en local, l’impact est immédiat. Lorsqu’on opère dans une activité de niche, il n’est pas nécessaire de se démarquer. Il suffit d’informer. Avec un bon visuel, la communication papier fait cela très bien.

Et lorsqu’on pense au papier, on songe bien sûr à la Presse. Sur ce point, seule une petite partie des entreprises savent (ou osent) contacter les professionnels des journaux quotidiens ou hebdomadaires. La Presse papier est, la plupart du temps, plus accessible qu’on le pense. Il existe des correspondants de Presse dans les communes (ou sur plusieurs communes) et ils sont toujours intéressés pour diffuser l’activité locale. Je ne parle pas d’obtenir la Une ou une page complète, mais il y aura très souvent un résultat. Et l’image diffusée est toujours excellente, car cela offre une notoriété, certes éphémère, mais bienvenue. Personnellement, chaque article publié m’apporte des clients dans les semaines à venir. Et il ne m’a couté qu’une heure de mon temps. Le retour sur investissement est donc excellent.

Pourquoi donc se priver d’un moyen de communication gratuit et ancestral ? 

Après la communication numérique et papier vient la plus ancienne des techniques, celle appliquée par les commerciaux depuis des années (siècles?): la rencontre en direct.

Très peu des entreprises contactées m’en ont parlé, mais elle demeure néanmoins un socle sûr. Rencontrer le client final sur un salon est essentiel. La présence sur ces lieux de rencontre avec le grand public demande un effort financier et personnel, mais engendre très souvent de bons contacts avec les prospects. De même, la prospection directe fonctionne encore très bien. 

Dan cette même catégorie, les salons réservés aux professionnels permettent de créer un réseau fiable, véritable clé de voute de toute entreprise qui souhaite pérenniser son activité.

En bref ! 

Pour résumé la communication des entreprises dans les Côtes d’Armor, voici la tendance qui ressort des témoignages recueillis : 

  • Toutes reconnaissent l’utilité d’un site internet pour diffuser leur activité et leur présence sur Linkedin vient appuyer ce principe.
  • Les réseaux sociaux ne sont, en revanche, qu’un vecteur accessoire utilisé pour diffuser une image de l’entreprise et dont l’impact est négligeable faute de temps à accorder à l’animation de la page. 
  • Les campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux sont jugées efficaces par celles qui les utilisent
  • La communication papier (carte de visite et flyers) est une base qu’on oublie de mentionner tant elle semble évidente. 
  • La Presse est un peu délaissée, faute de connaissance du milieu
  • Les salons professionnels sont très efficaces pour celles qui travaillent en b2b
  • La prospection directe n’a été mentionnée par aucune des entreprises

Voici donc ce qu’était la tendance de la communication des entreprises avant la crise du Covid. Et dans les deux parties qui suivent, vous verrez quel impact cette crise a eu sur la communication et quelles sont les solutions et les évolutions mises en place pour continuer sereinement son activité. 

2/3 – Une année hors norme pour la communicatin d’entreprise 

Le 17 mars 2020, la france se confinait. Les entreprises installaient tant bien que mal le télétravail, d’autres instauraient le chômage partiel et d’autres encore fermaient leurs portes provisoirement. 

En pendant cette sombre période qui semble s’étirer sans cesse, de nombreuses entreprises jugèrent bon de réduire voire de supprimer leur budget communication. Personnellement, je n’ai jamais autant investi d’argent dans ma propre communication que cette année.

La communication d'entreprise dans les Côtes d'Armor

Restez visible ! 

Le budget dédié à la communication est toujours le premier a être supprimé. Et c’est compréhensible lorsqu’on a un stock à payer, des employés à rémunérer ou tout autres dépenses obligatoires. Pourtant, il faut garder à l’esprit qu’en période de crise, il est essentiel de rassurer le consommateur ou ses collaborateurs sur la survie de son activité. De nombreuses entreprises ne se sont malheureusement pas relevés de cette crise et il faut donc que vos clients et prospects sachent que vous continuez à assurer pleinement vos services.

On en a suffisamment parlé, les premiers impactés furent les commerces. Certains ont réagi rapidement en se munissant d’un site internet qui proposait la vente à emporter. D’autres, à la réouverture, ont eu l’intelligence de proposer des QR code (son grand retour !) à scanner qui renvoyait vers une page web avec leur carte.

Mais de nombreuses entreprises demeurent les oubliés de cette crise. C’est le cas de Thierry Ollivier qui a créé Tibib-live, une société qui propose des solutions web avec application pour le chronométrage et le tracing des épreuves sportives. Habituellement, Thierry gère sa communication en direct avec les organisateurs des courses en sponsorirant celles qui lui semblent les plus intéressantes pour son activité. Toutes ces manifestations ayant été interdites, il n’a d’autre choix que d’attendre le printemps prochain. Sa solution web est performante et peu onéreuse, donc il sait que l’activité reprendra. Mais sans épreuves sportives, il est difficile de communiquer. 

De même Judicaël Boschat qui a fondé Helpquit, une plateforme destinée à améliorer la communication des jeunes créateurs et créatrices du ecommerce, a bien évidemment été impacté. Mais en tant qu’entrepreneur, il a su réagir et a tout de suite mis en place des Visio-conférences pour continuer à développer son activité. 

Être réactif

En période de crise, il est primordial de communiquer sur son entreprise et de ne pas attendre sagement que la tempête passe.

Lorsque je me suis entretenu avec Yves Lanoe, le directeur général de Bretagne Conseil Élevage Ouest, j’ai tout suite compris que mon interlocuteur avait saisi l’importance de la communication. Il s’agit d’une association qui accompagne les éleveurs laitiers dans leur quotidien pour la gestion de leur exploitation. Ils proposent une multitude d’aides : formation, collecte de données, expertise. Comme il le dit si bien : «  La proximité avec les éleveurs est la base de tout. C’est notre ADN » . Et dans une période où une simple poignée de main est décriée, comment gérer ce contact vital à toute entreprise ? Grâce à une directrice de communication, ils ont mis en place des notes d’information, des vidéos et des notes d’explications pour combler le manque de présentiel. L’objectif pour eux est désormais d’expliquer ce qu’ils allaient mettre en place pour rattraper le retard et respecter leurs engagements. C’est là aussi qu’intervient la communication : rassurer le client, le collaborateur, le prospect.

La communication n’existe pas uniquement pour mettre en avant un produit ou un service, mais également pour informer.

D’autres chefs d’entreprise comme Michel Simon ont également été indirectement impactés. Michel a créé Albatros-malletier il y a cinq ans et travaille en partie avec l’hôtellerie de luxe. Il confectionne des malles de luxe évoquant le voyage 100% fabriquées en France par des maîtres artisans et Compagnons du Devoir. Sa cible principale ayant eu une activité fortement réduite voire nulle, il a du réagir et envisage une nouvelle collection pour l’an prochain destinée à la femme 30/55 ans élégante et sportive. Il communique aussi activement sur Linkedin et dans des magazines dédiés pour mettre en avant le savoir-faire français, car il travaille avec des artisans sur le territoire national.

Au fil des témoignages, je réalisais que les entreprises liées au secteur primaire, très présent dans les Côtes d’Armor, n’ont pas été très impactées par la crise. Celles et Ceux qui travaillent en b2b dans ce domaine ont continué leur activité en s’adaptant. Quelques ajustements et une organisation ont permis de pallier aux problèmes posés par le confinement et le manque de proximité.

En revanche, toutes celles qui travaillent avec les autres secteurs ont subi de plein fouet la crise. Les problèmes majeurs que connait actuellement la Britanny ferries, doublement touchée par la Covid et le Brexit, est un cas flagrant de la fragilité de l’économie. Cette entreprise de navigation est un pilier ancré en Bretagne depuis 1972 et ne survivra que grâce à une aide majeure de l’État. Et de nombreuses sociétés gravitent autour d’elle. 

Toutefois, certaines entreprises ont su se faire un chemin à travers la crise. C’est le cas de Niam à la maison, entreprise créée par Mélanie Liothaud et Chankrisna Pat cette année, qui propose des plats asiatiques livrés à domicile. Très actifs sur Facebook et Instagram, ils possèdent également un site web sur lequel on peut découvrir leur carte (commandes par sms et réseaux sociaux). Les réticences qu’ont encore les français d’aller au restaurant leur ont permis de développer leur activité et ils ont réalisé une distribution ciblée de flyers directement en boîte aux lettres. Ce procédé personnalisé est très apprécié et fonctionne très bien.

La crise du Coronavirus a impacté le mode de vie des français et il est logique d’adapter sa communication en fonction de cette évolution.

3/3 – Des évolutions et des solutions

Dans les deux précédentes parties, je vous ai exposé les techniques de communication des entreprises costarmoricaines et les problèmes rencontrés suite à la crise que nous vivons encore actuellement. 

Désormais, nous allons voir ensemble quelles sont les solutions pour communiquer pendant cette crise et quelles évolutions apporter à votre communication d’entreprise.

Aristote l’affirmait : «  Il n’y a pas une méthode unique pour étudier les choses. » 

Dans cette logique, il faut savoir analyser sa communication et son impact sous différents angles. Une société qui pratique le ecommerce vers les particuliers ne communiquera pas de la même manière qu’un éleveur de porc qui vend exclusivement à des abattoirs.

2020 est l’année de l’adaptabilité. Ce terme peu utilisé est à retenir, car il sera employé sans cesse dans les prochains mois. Si une entreprise veut survivre aujourd’hui, elle ne peu plus se contenter d’utiliser les vieilles recettes du passé. Il faut savoir s’adapter en évoluant, principe parfois difficile à accepter.

La communication d'entreprise dans les Côtes d'Armor

Le site web n’est plus une option

Évidement, en bon webdesigner, c’est le premier point que je mets en avant. Mais si je confectionne des sites internet pour les entreprises, ce n’est pas par appât du gain. Si je voulais gagner beaucoup d’argent, je vendrai des masques…

Non ! Si je créé des site web pour les professionnel, c’est parce que je les juge indispensables, utiles et efficaces. 

Bien sur, il existe toujours des entreprises qui font exception, mais la grande majorité des sociétés ne peuvent plus se passer de cette vitrine numérique. À l’heure où l’annuaire papier vient de disparaitre, la recherche ne se fait pas sur les pages jaunes en ligne, mais bien sur Google. 

Ne pas posséder de site internet en 2021 sera comme ne pas avoir de téléphone pour son entreprise en 2000. Inconcevable! 

Et les tarifs sont loin d’être exorbitants (surtout si vous préférez le freelance à l’agence de com…). Avec un bon référencement et des campagnes de publicité, vous pouvez rapidement obtenir des résultats satisfaisants et vous faire connaître du grand public.

Stefan Leguay qui dirige 7G, un cabinet de conseil stratégie et gestion des entreprises s’est muni d’un site internet cet été et travaille efficacement sur son référencement à travers un blog mis en place récemment. Lui-même expert en aide au financement et pilotage des entreprises, il les aide à se développer via une stratégie marketing et un management efficace. Spécialiste dans son domaine, il a jugé utile de se doter d’un site web et d’utiliser les campagnes Google Ads pour continuer une activité déjà pérenne depuis des années. Il a anticipé et évolué.

La communication d'entreprise dans les Côtes d'Armor

Le réseau

Plus que jamais essentiel, le réseau va devenir un véritable moteur pour conforter son activité. 

La crise a mis en avant un point essentiel depuis longtemps négligé : nous sommes trop dépendants des pays étrangers. 

Le département des Côtes d’Armor regorge de forces vives, d’entreprises florissantes, d’idées novatrices et il est inutile d’aller chercher ailleurs ce qu’on trouve à quelques kilomètres de chez soi. Quel intérêt y a-t-il à embaucher une agence de communication parisienne quand un webdesigner à deux pas de chez vous peut faire le même travail pour moitié moins cher ? Ok, je prêche pour ma paroisse, mais avouez que c’est contre-productif.

En travaillant en local, on développe son réseau et on s’assure des retours. 

Oubliez également l’impression par internet comme Vistaprint. Certes, ils ont révolutionné le monde de l’impression avec des tarifs très bas. Mais la qualité n’est pas irréprochable. Je travaille personnellement avec un imprimeur sur Lannion (Publi Tregor) qui propose des tarifs vraiment intéressants pour une qualité exceptionnelle. Et en plus, ils sont sympas ! 

Lors de mes entretiens, beaucoup de chefs d’entreprises déploraient qu’on pense qu’il faille aller sur Rennes ou Brest pour trouver des experts qui existent déjà dans les Côtes d’Armor.

Il est donc primordial aujourd’hui de développer son réseau. Linkedin est un formidable outil pour tisser des liens et échanger sur nos activités. Pas besoin d’intégrer un BNI (même si l’impact est visiblement efficace, mais le nombre de places limité) ou de payer pour cela !  Un coup de fil et une rencontre autour d’un café permettront de se connaître. Je suis d’ailleurs disponible pour un petit thé si cela tente certains et certaines d’entre vous. 🙂

Privilégier le local

La plupart des français sont d’accord : il faut consommer en local. Pour autant, bon nombre d’entre eux achètent encore des produits chinois sur Amazon là où ils pourraient trouver l’identique en France moyennant quelques euros de plus. Pour les particuliers, je trouve cette démarche compréhensible. On cherche au moins cher et au plus rapide.

Toutefois, que des chefs d’entreprise ou des indépendants collaborent avec des prestataires géographiquement éloignés demeure pour moi un mystère.

À prestation et tarifs équivalents, je ne comprends pas l’intérêt d’une telle démarche. 

J’ai rencontré récemment un commerçant Nord Côtes d’Armor qui faisait réaliser ses dépliants de communication avec une agence de communication rennaise. Je lui ai donc expliqué que j’habitais tout proche de chez lui et que je faisais imprimer toutes mes créations en local. Sa réponse : pourquoi pas !

Il est dans l’intérêt des entreprises de travailler avec des prestataires proches pour faire tourner l’économie locale. La crise du Covid 19 a prouvé qu’en période sombre il s’avérait essentiel de se soutenir les uns les autres. 

L’exemple est simple : j’achète ma viande chez le boucher. Ce même boucher gagne bien sa vie et va au restaurant. Le restaurateur fait tourner son commerce et décide de se munir d’un site web pour communiquer plus efficacement. Il m’appelle pour réaliser la prestation. Il n’y a aucun secret ou technique marketing derrière cela. Uniquement une logique évidente !

Comme j’aime le répéter, le département des Côtes d’Armor regorge d’entrepreneurs, de créatrices, de talents. Inutile d’aller chercher à l’autre bout de la France ce que vous pouvez trouver proche de chez vous.

Quand le numérique se substitue au contact humain

C’est triste, mais c’est ainsi. Le crise du coronavirus a radicalement modifié nos habitudes et notre vie ne sera plus la même. Certains usages resteront et des techniques mises en place par les entreprises s’installeront définitivement.

C’est certainement le cas du elearning.

Devant l’impossibilité de former ses salariés et collaborateurs lors de réunions, les entreprises se sont tournées vers des plate-formes permettant de mettre en ligne des documents et d’installer un système de formation à distance. Vous pouvez le faire simplement sur des sites comme Talent LMS. 

Si vous optez pour cette solution, il est préférable de faire appel à un graphiste (comme Tregor Graphik par exemple :)) pour réaliser un support convivial et aéré. On exècre tous ces pdf en mode pavé avec des lignes à n’en plus finir. Pour qu’une formation soit efficace, il faut l’attention et l’intérêt du lecteur. Sinon, la formation est inutile. 

L’autre technique majeure qui a connu un réel essor pendant le confinement est le webinar. Il s’agit d’une conférence en ligne via webcam que n’importe quelle entreprise peut réaliser via des logiciels gratuits dédiés comme Skype. Ce système ne demande pas de grandes connaissances en informatique et est donc à la portée de tous.

Ces deux techniques ont mis en avant un point essentiel, notamment pour les PME. Le gain de temps et d’argent est énorme. Les 50 salariés devant suivre une formation le font désormais de chez eux, sans déplacement, sans une journée de perdue, sans frais kilométriques, sans brunch ou collation. C’est un fait indéniable et nul doute que de nombreux chefs d’entreprises doivent déjà réfléchir à la manière de pérenniser ce système sans pour autant s’éloigner de leurs salariés.

Pour autant, l’homme ne peut pas rester constamment seul derrière un ordinateur et si le web permet de pallier un manque provisoirement, il est essentiel de ne pas négliger le contact humain. En appliquant les gestes barrières, il est tout à fait possible d’aller voir certains de ses clients ou d’échanger avec ses collaborateurs.

Il y a donc un équilibre à trouver dans ces diverses formes de contact.

Une communication ciblée

De nombreuses sociétés ont déjà mis en place un système qu’on appelle Unique Selling Proposition.

Il s’agit de créer une proposition unique de vente qui se démarque de vos autres concurrents. En gros, vous possédez un produit ou service avec un excellent positionnement tarifaire et une qualité irréprochable. Il s’agit d’une offre qu’un client ne peut pas refuser. 

La crise récente a permis aux chefs d’entreprise de repenser leur modèle marketing et de définir réellement leurs attentes et objectif.

J’ai justement pu échanger avec Gwenael Le Lay, dirigeant de Copeeks. Il propose aux agriculteurs une solution de monitoring de leur production pour surveiller les élevages à distance via des alertes et des recommandations d’action. Gwenael travaille exclusivement en b2b avec des grands comptes. Son outil répond à une problématique claire. Pourtant, il compte resserrer ses prestations pour 2021 et se spécialiser. Il maitrise parfaitement son domaine et son objectif est donc de ne pas se disperser. 

En bref ! 

La crise du coronavirus a pointé du doigt l’importance pour les entreprises de communiquer sur leur activité. Et le département des Côtes d’Armor, bien que moins touché en terme de cas, ne déroge pas à la règle.
De plus, l’année 2020 a mis en avant l’incertitude de l’avenir et la fragilité du système. Il est donc essentiel pour un chef d’entreprise d’être réactif et de définir une stratégie de communication globale pour installer un climat de confiance avec ses clients et ses collaborateurs. 

Je tiens à remercier les dirigeants et dirigeantes d’entreprises qui ont accepté d’échanger avec moi sur le sujet. Ce fut extrêmement enrichissant et finalement rassurant de constater que les Côtes d’Armor possèdent effectivement les forces vives nécessaires à la relance de l’économie locale. 

Si vous souhaitez échanger avec moi sur la communication de votre entreprise dans l’objectif de mettre en place un site web ou des supports de communication, n’hésitez pas à m’appeler ou à utiliser le formulaire de contact.

Que doit contenir un devis de création de site web ?

Que doit contenir un devis de création de site web ?

Un projet de site internet ? Besoin de supports de communication ?Le devis de création de site web est assez complexe à comprendre. C’est pourquoi je vais vous aider à éviter les pièges et donc à bien choisir votre prestataire.La transparence avant toutNous avons tous...

Quel est le tarif de création d’un site internet ?

Quel est le tarif de création d’un site internet ?

Un projet de site internet ? Besoin de supports de communication ?Le tarif de création d’un site internet est certainement une des prestations de service les plus complexes à appréhender. Laissez-moi donc vous aider à comprendre pourquoi certains sites valent 800€ et...

Faut-il créer un site web ecommerce pour sa boutique ?

Faut-il créer un site web ecommerce pour sa boutique ?

Un projet de site internet ? Besoin de supports de communication ?En ces temps de crise et de reconfinement, le site web ecommerce occupe l’esprit de bon nombre de commerçants. Dois-je m’en procurer un pour ma boutique ? Combien coute un site marchand ? Est-ce...

06 64 25 37 43

Un projet de site internet ?
Besoin de supports de communication ?

ipsum dapibus nunc Nullam commodo sed ipsum tempus

Pin It on Pinterest

Share This